Plus des 2/3 des lensois ne considèrent pas leur ville comme étant propre

Quand plus de deux lensois sur trois considèrent leur ville comme n’étant pas propre , c’est qu’il y a un problème à régler .

Et la municipalité ne peut pas, sur ce constat, de mon point de vue, être responsable de tout . Et pour cause : si la ville est souvent sale , c’est d’abord et avant tout de la responsabilité de ses concitoyens. Qui laisse traîner les papiers, crée un dépôt sauvage , ne sort pas les poubelles dans les horaires prévus , laisse des tas de détritus, des verres près des zones de collecte, ne ramasse pas les déjections de son animal, etc ? Une ville propre c’est avant tout une ville qui est respectée par ses habitants. La discipline en la matière doit être collective , connue de tous , et respectée.

La pédagogie est nécessaire mais a déjà été déployée à maintes et maintes reprises. On ne peut éduquer que celui qui veut bien apprendre. Celui qui ne s’adapte pas devra en payer le prix et se conformer aux règles de vie en collectivité. Je suis prêt à assumer une plus grande sévérité car je veux une ville de Lens dont chacun se dit : ici c’est propre, bien tenu et agréable à vivre….

La propreté en ville est un sujet, celle dans chaque quartier en est un également

Chacun voit souvent midi à sa porte . Hors chaque quartier a ses particularités , ses habitudes (bonnes et mauvaises), et une perception parfois très différente du quartier voisin. Force est de constater (allez voir par vous-mêmes…) que la vigilance et la propreté ne se situent au même niveau des priorités selon que l’on soit dans une cité en pleine rénovation ANRU ou dans un quartier au développement récent avec de nombreuses habitations individuelles récentes.

Les constats sont connus, les causes parfois moins. Le bon sens permet souvent d’en délimiter les contours : un propriétaire est souvent plus impliqué dans la gestion des abords et de sa propriété qu’un locataire, une location rénovée y compris extérieurement incite davantage à un entretien minutieux et régulier, les services plus ou moins réactifs des bailleurs sociaux , la présence et le passage régulier ou non de forces de sécurité, et bien entendu la forte incitation (ou non) à être respectueux des règles de vie en collectivité….. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet

Au-delà de la propreté, les lensois veulent aussi prioritairement des rues et trottoirs sans trous et bien entretenus , plus d’espaces verts et des rénovations de cités plus rapides par les bailleurs sociaux

Le postulat de départ sur cette question aux lensois , c’est que la ville ne peut tout faire et surtout pas tout en même temps ! Il faut donc prioriser. Et c’est ce que nous avons demandé aux sondés.

La priorité n°1 est claire : avoir une ville plus propre, plus nette, plus belle , et mieux fleurie partout. Mais ce qui revient prioritairement en n°2 dans de nombreux quartiers c’est l’amélioration (parfois urgente) de la voirie et le comblement de trous ou déformations de la chaussée et des trottoirs. Enfin , les personnes âgées et les familles avec enfants réclament prioritairement des espaces verts . Nous aurons bien entendu l’occasion de revenir sur ces sujets …

Globalement le ressenti des sondés sur les services liés à la santé près de chez eux n’est pas aussi négatif que ne le laisserait penser les statistiques désastreuses dans ce domaine pour notre territoire.

C’est un paradoxe. Si on se fie aux statistiques qui démontre que notre territoire est bon dernier au niveau national sur les critères liés à la santé, on pourrait penser que l’insatisfaction est majoritaire dans l’esprit des citoyens. Ce n’est pas le cas . Les échanges avec nos concitoyens sur ces sujets permettent de démontrer que la perception est différente, notamment par tous ceux en soins ou suivis médicalement car ils confirment majoritairement leur satisfaction des praticiens , auxiliaires médicaux ou spécialistes qui s’occupent d’eux. Cela a indéniablement une influence sur leur perception globale. En revanche , beaucoup sont inquiets sur le non renouvellement des départs en retraite de médecins généralistes et la part grandissante de médecine ambulatoire annoncée avec le nouvel hôpital. Nous y reviendrons bien entendu .

Les avis sont partagés sur ce sujet , la part des sondés non concernés étant importante sur cette thématique il serait prématuré d’en tirer une conclusion hâtive
Les avis sont partagés sur ce sujet , la part des sondés non concernés étant très importante sur cette thématique il serait prématuré d’en tirer une conclusion hâtive
Une majorité des sondés a conscience des difficultés devant chacun de nous et de la nécessité de renforcer les dispositifs d’accueils des personnes âgées à l’avenir

On peut parler globalement de satisfaction sur les sujets éducatifs pour une majorité des sondés. Le nombre de places dans les crèches est souvent perçu comme insuffisant, tout comme celui dans les résidences pour les personnes âgées dont chacun a bien conscience qu’un jour il sera concerné que ce soit pour lui-même ou ses proches.

De nombreuses pistes d’amélioration ont été évoquées spontanément par les personnes sondées , nous aurons l’occasion d’y revenir plus longuement dans la partie projets que aborderons prochainement.

Bruno Ducastel – Agir Pour Lens –

Share and Enjoy !

0Shares
0 0